Newsletter N° 13 : l'interview

L’INTERVIEW … JCDecaux « full Edi »

Jean Marc Besnard, Directeur Performances et Ressources de JCDecaux France, répond à nos questions.

-1- Qu’est ce qui a décidé JCDECAUX à passer la vitesse supérieure sur les échanges en EDI ?

Depuis plusieurs années, nous n’avons eu de cesse de travailler à la simplification et à la dématérialisation des process en vigueur dans l’entreprise.

Nous traitons annuellement un volume important de contrats et de factures du fait de notre activité à la fois nationale et locale, et nous avons considéré que nous devions absolument déployer des moyens modernes de traitement de nos flux, à la fois pour libérer du temps en interne et chez nos interlocuteurs commerciaux, mais aussi pour mieux sécuriser nos échanges et ainsi réduire les risques d’erreurs et de retards de paiement.

L’EDI est à la fois précis, rapide, sécurisé et économique.

-2- Vous avez entamé successivement des travaux sur plusieurs types de flux (à lister) : quels bénéfices concrets en attendez-vous ?
 
L’EDI Facture, mis en œuvre depuis début 2019, a permis :

  • de sécuriser la transmission des pièces ;
  • de réduire les coûts d’impression et d’affranchissement ;
  • de réduire l’empreinte carbone de ces opérations ;
  • de fluidifier le traitement par les agences, et donc d’accélérer les règlements.
     
    Le « Bon pour Contrat », lancé en 2020, permet en particulier :
  • de valider les montants entre l’agence et nos propres systèmes, afin de supprimer les litiges ;
  • de valider la conformité des éléments juridiques concernant l’annonceur et l’agence ;
  • de récupérer le numéro de commande qui sera ensuite ajouté sur nos factures. 

L’accès aux disponibilités, lancé en 2020 également, permet, pour les agences :

  • d’être autonomes pour monter en 24/7 des campagnes locales ou régionales, ou bien pour compléter une campagne nationale ;
  • d’obtenir immédiatement l’information de la disponibilité ou non du réseau souhaité, et éventuellement sur S-1/S+1.

Ce nouveau service permet également de réduire notre charge de travail sur un sujet administratif, au profit de tâches à plus forte valeur ajoutée.

-3- La Publicité Extérieure est un média complexe, pensez-vous que le fait de standardiser certains actes commerciaux va simplifier l’achat ?

Je ne crois pas que la Publicité Extérieure soit un média plus complexe que d’autres. Au-delà d’être populaire et digne de confiance, sa force demeure de pouvoir s’adresser au plus grand nombre tout en restant proche et directe.Même utilisée de manière plus affinitaire, avec du ciblage géographique, socio-démographique ou géo-comportemental, elle reste simple à activer, en privilégiant toujours la donnée contextuelle à la donnée personnelle pour personnaliser l’expérience des publics.

De ce fait, la standardisation des échanges permet de gagner du temps : elle capitalise et améliore la performance des équipes commerciales, comme celle des media planneurs en agence !

-4- Comment voyez-vous la suite ? d’autres travaux avec EdiPub ? ou d’autres outils en interne ?....

Un de nos principaux chantiers consiste désormais à déployer largement au sein des agences média les différents flux que nous avons mis en œuvre.

Un des intérêts majeurs d’EdiPub est de nous retrouver autour d’une même table avec des représentants d’autres régies et d’agences. Ainsi naissent de nouveaux projets qui vont , soit profiter à l’ensemble de notre écosystème – comme le sujet de l’attestation de mandat dématérialisée que nous espérons pouvoir mener à son terme –, soit bénéficier à un média en particulier.

Ainsi, nous étudions actuellement la mise à la disposition des agences , en temps réel , du Patrimoine d’une part, et de l’Offre d’autre part.

 -5- Comment imaginez-vous que votre média va évoluer ?

La crise sanitaire et les périodes de confinement ont durement touché le média Publicité Extérieure, qui doit également, à l’instar des autres médias, faire face à des vents contraires en matière de réglementation de la publicité.

Les fondamentaux sont solides, mais le média doit à nouveau démontrer sa contribution économique, sociale et territoriale.

L’implantation d’écrans digitaux, réalisée de manière pertinente et équilibrée, sera un relais de croissance primordial pour le développement du média. Parallèlement, le développement de l’achat programmatique va faire entrer le média dans une nouvelle ère de modernité, grâce à l’utilisation de données contextuelles qui permettent de diffuser les bons messages au bon endroit et au bon moment.